Jacques-André Haury Jacques-André Haury - médecin et député
Jacques-André Haury
portrait articles revue de presse
interventions exposés contact  
  OPINIONS

Paru dans 24 Heures le 7 janv. 2016

Le port du voile islamique ne pourra donc plus être interdit dans nos écoles : ainsi en a décidé la 2e Cour de Droit public du Tribunal fédéral, le 11 décembre dernier. Les organisations musulmanes de Suisse s’en réjouissent, saluant un geste de tolérance et d’ouverture. Certes, mais ouverture à quoi ? Tolérance envers qui ?

Dans nos écoles suisses, chaque jour, des centaines voire des milliers de filles musulmanes se rendent à l’école la tête nue, sans que cela ne pose aucun problème. Sans interdiction formelle, on a admis que ce foulard n’était ni nécessaire, ni favorable au « vivre ensemble ». Le problème ne se pose qu’à l’endroit de parents intégristes ou radicaux, qui exigent que leur enfant porte un signe ostentatoire de son appartenance religieuse.

Même raisonnement lorsqu’un enfant, dans une classe vaudoise, refuse d’entrer dans une église où sa maîtresse veut faire entendre un concert : « Mes parents m’interdisent d’entrer dans une église. » A côté de lui, de nombreux enfants, musulmans eux aussi, assistent au concert sans que cela ne pose de problème.

Parlons des carrés musulmans. Régulièrement, des défunts de religion musulmane sont enterrés « à la ligne », dans nos cimetières publics, sans que leur famille n’élève la moindre protestation. Seuls quelques intégristes exigent un espace séparé, avec orientation vers la Mecque, et espoir d’une sépulture perpétuelle. Et c’est à eux que la Municipalité de Lausanne a cédé.

A chaque fois, on nous parle d’intégration, alors que, dans les faits, nous créons une discrimination, une ségrégation que la foule des musulmans modérés n’a jamais revendiquée.

La suite, on la connaît. Elle se nomme conflit de loyauté. Vous imaginez la situation de la famille musulmane qui se contenterait d’une sépulture gratuite à la ligne, alors que de « bons » musulmans la conjurent de payer le prix d’une concession dans l’espace réservé ? Vous imaginez la situation des enfants revenant du concert à l’église en expliquant à leurs parents qu’un de leur camarade en a été dispensé pour motifs religieux ? Et la situation de parents modérés harcelés par des intégristes au motif qu’ils n’imposent pas à leur fille un voile islamique pourtant autorisé officiellement ?

Les Musulmans modérés sont ainsi placés dans un conflit de loyauté qu’ils devraient eux-mêmes dénoncer. Nos actes de tolérance les obligent soit à céder à des exigences intégristes dont ils n’ont rien à faire, soit à faire acte d’indépendance, au risque de fâcher certains de leurs coréligionnaires.

Il serait temps que, dans nos sociétés occidentales, nous prenions conscience des effets pervers de nos gestes d’ouverture : ils poussent les modérés bien intégrés dans les bras des radicaux…et contribuent à créer ce fameux amalgame que tous voudraient éviter.

Jacques-André Haury Ancien député


 

Article récent


Suite...



 
    vert'libéraux