Jacques-André Haury Jacques-André Haury - médecin et député
Jacques-André Haury
portrait articles revue de presse
interventions exposés contact  
  L'INVITE

Non, la burqa n’est pas une fantaisie vestimentaire!

Paru dans 24 Heures le 15 fév. 2021

Non, la burqa n’est pas une fantaisie vestimentaire!

Jacques-André Haury soutient l’initiative «Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage» soumise au vote le 7 mars.

Le niqab et la burqa feraient partie de la liberté de se vêtir à son goût: celles et ceux qui utilisent cet argument pour s’opposer à l’initiative «Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage», sur laquelle nous voterons le 7 mars, font preuve d’une telle ignorance qu’on hésite, en les lisant, entre le sourire et la pitié.

Le Coran (Sourate 24, verset 31) évoque la ’awra, ou partie honteuse: «Et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leur mari […] ou aux enfants qui ignorent tout de la «partie honteuse» de la femme.» Pour la jurisprudence et le droit musulman, la partie honteuse de l’homme va du nombril jusqu’au-dessus des genoux, alors que le corps de la femme est entièrement «partie honteuse». Averroès (XIe siècle) écrit: «L’avis de la majorité des savants est que tout le corps de la femme est une ’awra à l’exception du visage et des mains.» Il continue à servir de référence pour le droit musulman.

Pour certains courants fondamentalistes, même le visage et les mains doivent être cachés, et c’est pourquoi ils imposent le niqab ou la burqa. N’oublions pas que cet islam fondamentaliste – qu’il soit sunnite ou chiite – lapide les femmes adultères et pend les homosexuels.

On mesure à quel point les féministes superficielles, qui parlent de liberté d’habillement, sont loin de la réalité! Et aussi leur mépris pour la situation de nombreuses femmes musulmanes contraintes de se dissimuler derrière les prisons ambulantes que sont burqa et niqab.

Cet islam fondamentaliste est diffusé dans notre monde occidental par les salafistes et les Frères musulmans: burqa et niqab ne sont qu’une de leurs revendications, l’essentiel étant progressivement d’imposer la charia dans nos pays.

«Ce ne sont que quelques cas isolés!» Certes, pour l’instant. Mais c’est comme un virus: il doit être combattu à ses débuts. Il suffit de voir comment a évolué la situation en Grande-Bretagne, notamment dans la région de Birmingham, pays qui n’a pas interdit de se dissimuler le visage.

Occasion manquée

L’UVAM (Union vaudoise des associations musulmanes) a déposé une demande de reconnaissance au sens de la Constitution vaudoise. Ses liens avec les milieux les plus fondamentalistes, notamment les Frères musulmans, n’ont jamais été très clairs. L’UVAM aurait eu une bonne occasion de montrer son engagement pour un islam intégré à nos sociétés occidentales en soutenant l’initiative visant à interdire de se dissimuler le visage. Elle aurait ainsi rendu un service immense aux nombreux musulmans de ce pays qui ne se reconnaissent pas dans l’islamisme radical qui emprisonne le corps des femmes. Et elle aurait aussi exprimé sa solidarité avec toutes les femmes opprimées dans le monde par un islam qui n’est pas le sien.

Là est l’enjeu de la votation. Toutes celles et ceux qui s’affichent en faveur de l’initiative sur le site www.a-visage-decouvert.ch l’ont bien compris.




 

Article récent

Inutile de gonfler une police rendue impuissante
Suite...



 
    vert'lib?raux