Jacques-André Haury Jacques-André Haury - médecin et député
Jacques-André Haury
portrait articles revue de presse
interventions exposés contact  
  L'INVITÉ

Prier pour l’unité des chrétiens, et continuer à les diviser

Paru dans 24 Heures le 22 janv. 2024

Prier pour l’unité des chrétiens, et continuer à les diviser

Le canton de Vaud s’apprête à «reconnaître» la Fédération évangélique vaudoise, ce qui accentue la division chez les chrétiens.

Depuis 1908 se déroule du 18 au 25 janvier la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, temps fort du mouvement œcuménique. Bel élan, qui a certainement contribué à atténuer, voire à faire disparaître l’animosité qui, pendant quelques siècles, a séparé chez nous catholiques et protestants. Ce fut dans ma jeunesse la première occasion d’entrer dans l’église catholique de mon quartier!

Mais regardons ce qui se passe au sein des protestants eux-mêmes. Contrairement à l’Église catholique, qui constitue une vaste communauté unie sous l’autorité d’une hiérarchie pontificale, les protestants ont toujours connu des divisions en leur sein. Ils ont en commun le fait de ne se soumettre, en matière de foi, à aucune autorité autre que celle de la Parole de Dieu, écrite dans la Bible («Sola scriptura»). Mais pour le reste, toutes les nuances existent, allant des fondamentalistes, qui prennent la Bible au pied de la lettre, aux «libéraux», pour lesquels la résurrection même du Christ est sans grande importance.

«Les protestants ont toujours connu des divisions en leur sein.»

En 1536, les Bernois ont imposé aux Vaudois une conversion (plus ou moins volontaire) à la Réforme, après quoi cette Église réformée a été placée sous leur autorité. Une fois les Bernois mis à la porte, cette même Église est devenue «nationale», avant de s’appeler Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV). Mais à côté d’elle, d’autres communautés protestantes ont existé, plus ou moins clandestinement, tout particulièrement dès le XIXe siècle.

Aujourd’hui, notre Constitution reconnaît l’EERV comme institution de droit public. Elle ne rassemble qu’une partie des protestants vaudois, d’ailleurs en rangs de plus en plus dispersés. D’autres protestants, semble-t-il en nombre croissant, se rattachent à des communautés dites «évangéliques». Ces communautés évangéliques ont créé une Haute École de théologie HET-PRO à Saint-Légier. Il faut être particulièrement bien informé du paysage protestant vaudois pour comprendre que les communautés évangéliques ne fassent pas partie de l’EERV qui s’affirme pourtant évangélique elle aussi!

Dans l’esprit de la Semaine de prière pour l’unité, il paraîtrait tout naturel que tous ces protestants cherchent à s’unir, à plus forte raison qu’au sein même de l’EERV des différences importantes de sensibilité existent déjà entre des tendances plus libérales et d’autres plus fondamentalistes.

Une division de plus

Eh bien non: dans le canton de Vaud, on se prépare à «reconnaître» la Fédération évangélique vaudoise (FEV), c’est-à-dire que nous nous préparons à inscrire dans la loi une division supplémentaire au sein des chrétiens de ce pays.

Les articles de la Constitution vaudoise établissant les relations entre l’État et les communautés religieuses datent de 2003. Plutôt que de s’acharner à achever des processus de reconnaissance peu enthousiasmants et qui pourraient bien échouer devant le peuple, il est temps de se demander s’il ne vaudrait pas mieux réviser la Constitution elle-même.




 

Article récent

Pour une assurance-maladie personnalisée
Suite...



 
    vert'lib?raux