Jacques-André Haury Jacques-André Haury - médecin et député
Jacques-André Haury
portrait articles revue de presse
interventions exposés contact  
 

Devons-nous avaler toutes ces pilules?

Paru dans 24 Heures le 31 oct. 2005

Le professeur Georges Peters, qui nous enseigna la pharmacologie, aimait à dire qu’un bon médecin prescrit 1 à 3 médicaments. A partir de 5, il devenait dangereux; au-delà de 7, il méritait la prison! A l’époque, nous considérions ces propos avec distance, les attribuant aux querelles qu’un homme engagé à gauche entretient avec l’industrie pharmaceutique.

Depuis quelques années, confronté de plus en plus fréquemment à des patients présentant des troubles liés aux effets secondaires de médicaments, j’observe d’un œil critique les longues listes de pilules que des patients de plus en plus nombreux se voient prescrire chaque jour.

Si on examine ces listes, on constate que, mis à part ceux qui traitent des maladies réelles, nombre de médicaments visent à corriger des «facteurs de risque». Dans le but de prévenir diverses maladies, notamment des accidents cardio-circulatoires, le facteur de risque est lui-même considéré comme une maladie en soi.

L’exemple le plus clair est celui du cholestérol. Puisqu’un taux élevé de cholestérol constitue un risque d’accident cardiaque ou vasculaire, les spécialistes s’entendent pour définir un taux sanguin qui, lorsqu’il est dépassé, doit être corrigé par un médicament adéquat.

Comme dans tous les autres domaines qui relèvent de la sécurité, on observe une tendance générale à abaisser ces «valeurs normales» admissibles, ce qui diminue le risque encouru, mais augmente aussi le nombre de patients à traiter.

Prenons l’exemple de l’hypertension artérielle. Il y a trente ans, on admettait comme une tension encore normale le chiffre de 100 augmenté de l’âge: 170 mmHg pour un individu de 70 ans. Ces valeurs normales ont été progressivement abaissées. Aujourd’hui, la valeur maximale admise est de 140, indépendamment de l’âge.

Curieusement, la littérature médicale est presque muette sur les effets secondaires des traitements qui abaissent la tension. On sait qu’ils peuvent fragiliser un patient âgé en cas de canicule. Les recommandations françaises le mentionnent, mais l’Office fédéral des affaires sanitaires, dans les mises en garde qu’il a publiées en juin en prévision d’une éventuelle vague de chaleur, n’en dit pas un mot.

On sait qu’une tension artérielle basse peut provoquer un malaise et une chute: étonnamment, dans la récente étude effectuée par l’Office Médico-Social Vaudois sur les chutes à domicile des personnes âgées, les médicaments consommés ne sont même pas pris en compte.

Cette évolution pose des problèmes financiers. Selon le nouveau «consensus» sur les valeurs admises pour le cholestérol, la Grande- Bretagne a estimé que le nombre de patients à traiter allait passer de 8% à 40% de la population, ce qui engagerait, pour ce seul facteur de risque, 10% du budget du National Health Service! Ce dernier a donc décidé de refuser la prise en charge d’une partie de ces traitements.

Mais le plus inquiétant, à nos yeux, réside dans les effets secondaires, insuffisamment connus, surtout lorsque plusieurs médicaments sont absorbés simultanément.

L’Université doit s’interroger sur la place qu’elle accorde à la recherche et à l’enseignement de ces effets secondaires, pour permettre aux médecins traitants, en concertation éclairée avec leurs patients, de s’écarter des «recommandations de pratique clinique» établies par les spécialistes internationaux. Sinon cette évolution — des normes toujours plus sévères et des médicaments toujours plus nombreux — finira par nuire à notre santé.




 

Article récent

CHUV : surcharge volontaire ?
Suite...



 
    vert'libéraux