Jacques-André Haury Jacques-André Haury - médecin et député
Jacques-André Haury
portrait articles revue de presse
interventions exposés contact  
 

Paru dans 24 Heures le 11 fév. 2015

L’initiative des Vert’libéraux constitue une révolution et bouscule la prudence helvétique : mais elle répond intelligemment à plusieurs problèmes actuels. Elle applique un élément fondamental du programme de ce jeune parti : taxer l’énergie et non le travail.

Il s’agit d’abord de réduire de façon significative notre consommation d’énergies fossiles, dont les réserves ne sont pas illimitées et qui sont source de pollutions diverses : pétrole, gaz, charbon et uranium. Une taxation importante de ces ressources constitue le meilleur incitatif pour les économiser et les remplacer par des énergies propres et renouvelables. La Suisse se prête particulièrement bien à un tel système : toutes les énergies fossiles sont importées de l’étranger, ce qui facilite leur taxation au passage des frontières. En revanche, les énergies propres, non taxées, sont produites à l’intérieur du pays, notamment la grande hydraulique, laquelle aurait bien besoin, actuellement, de cet avantage concurrentiel. On notera encore que l’indépendance énergétique contribue à notre politique de défense nationale.

Il s’agit ensuite de supprimer la TVA, qui pénalise notre première « ressource naturelle » : le travail. Cette taxe représente une lourde tâche administrative pour les 300'000 entreprises, petites et grandes, qui doivent la payer. Certains esprits prudents préféreraient que la taxe sur l’énergie ne remplace qu’une partie de la TVA : les Vert’libéraux veulent remplacer une taxe par une autre, pas en ajouter une de plus !

L’initiative doit faire l’objet d’une loi d’application ; elle prend en compte d’éventuelles distorsions de concurrence ainsi qu’un système de remboursement lors de l’exportation.

Les opposants avancent des chiffres que les initiants contestent : c’est de bonne guerre. Ce qui est sûr, c’est que, pour le consommateur, l’opération sera neutre puisque qu’il paiera pour l’énergie ce qu’il économisera sur la TVA.

La force de notre franc constitue une opportunité favorable pour l’introduction de cette taxe sur l’énergie : au moment où le prix du pétrole baisse de façon significative, une surtaxe de CHF 1.17 sur le litre d’essence n’est pas insupportable, d’autant que les véhicules sont de plus en plus économiques.

Nos sociétés traversent une révolution énergétique, tout le monde en est conscient. La proposition des Vert’libéraux est révolutionnaire, ce qui constitue à la fois sa force et sa faiblesse. Elle laisse aux Chambres fédérales une large marge de manœuvre dans son application. Mais elle est visionnaire et offre à notre pays et à nos enfants la chance de relever l’un des plus grand défi posé à nos sociétés industrialisées : continuer à se développer en épargnant nos ressources : notre air, notre climat et notre travail.

Jacques-André Haury
Député vert’libéral




 

Article récent


Suite...



 
    vert'libéraux